• La braderie du livre 2016 : c'est le moment de remplir la bibliothèque.


    votre commentaire
  • A l'initiative du Comité des parents, un brunch a été organisé pour les familles, le personnel pédagogique et administratif du Collège Notre Dame du Balamand. S'ajoute au plaisir de partager un moment convivial l'objectif fort louable de lever des fonds pour verser des bourses scolaires.

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Les Johnson : un couple, deux enfants et zéro déchet depuis trois ans.

      

    Les Johnson : un couple, deux enfants et zéro déchet depuis trois ans.

    Les Johnson : un couple, deux enfants et zéro déchet depuis trois ans.

    Les Johnson : un couple, deux enfants et zéro déchet depuis trois ans.

    Les Johnson : un couple, deux enfants et zéro déchet depuis trois ans.

    Les Johnson : un couple, deux enfants et zéro déchet depuis trois ans.

     

     

    Les Johnson : un couple, deux enfants et zéro déchet depuis trois ans.

    Lire la suite...


    58 commentaires
  •  Angela Haseltine Pozzi, à la tête de l'association "Washed Ashore", est une artiste environnementale. Elle  organise des campagnes de nettoyages des plages côtières américaines, qui connaissent une plastification massive depuis la révolution industrielle. Mais au lieu de recycler les débris ramassés, elle met au point des sculptures d’animaux marins, qui sont directement touchés par cette pollution des océans.«90% des débris que nous recueillons est à base de pétrole: articles en plastique, des cordes en nylon etc. Nous sommes en mesure d'utiliser 98% de ces déchets pour créer des sculptures». En à peine quatre ans, l’artiste accompagnée de bénévoles, a ramassé plus de 12 tonnes de débris et réalisé 45 oeuvres.L’initiative a plu aux parcs aquatiques «SeaWorld» basés à Orlando et à San Antonio, puisqu’ils exposeront, à l’occasion de leur 50e anniversaire, quatre œuvres de Washed Ashore. En outre, un long-métrage documentaire est en cours pour suivre le travail de Angela Haseltine Pozzi.

    Source : Paris Match

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • Article extrait de Paris Match

    "Hannah Herbst, une collégienne américaine de 14 ans, a mis au point une turbine capable de collecter l’énergie des courants maritimes. Son invention lui a permis de remporter 25 000 dollars. 

     

    À cause du changement climatique, le courant océanique El Nino fait des ravages. Il pourrait notamment entraîner la plus grande extinction des récifs coralliens de l’histoire. Cependant, ce type de courant océanique peut également être la source de nouvelles alternatives énergétiques. C’est ce que Hannah Herbst, une collégienne américaine de 14 ans, a démontré lors du concours «Discovery Education et 3M Young Scientist».

    Cette jeune Floridienne originaire de Boca Raton a mis au point un prototype de turbine qui permet de générer de l’électricité grâce aux courants océaniques. Le dispositif, appelé «Beacon», lui a valu le prix du meilleur scientifique junior américain avec les 25 000 dollars qui étaient mis en jeu.

    L’idée du projet, elle se souvient l’avoir eue à la réception d’une lettre de sa correspondante en Ethiopie. «Elle m’indiquait qu’elle n’avait plus accès à l’électricité, plus d’eau fraiche à boire, en plus d’autres choses nécessaires. Je savais que sa situation n’était pas unique et j’ai pensé que je pouvais utiliser mes connaissances pour agir et tenter d’atténuer la crise de l’énergie dans le monde», a-t-elle expliqué sur son blog.

    Hannah Herbst a alors commencé à travailler sur sa propre idée. Pendant quatre mois, elle a imaginé des concepts jusqu’au moment où elle a eu l’idée de la turbine. Après quelques mois de développement, elle l’a modélisée sur ordinateur puis imprimée grâce à une imprimante 3D. La jeune fille raconte qu’elle a pu tester son appareil sur la voie navigable intercostale de sa ville. C’est à ce moment qu’elle a pris conscience du potentiel de son invention. Selon ses calculs, si la taille de sa turbine était mise à bonne échelle, elle pourrait charger trois batteries de voitures simultanément en moins d’une heure.

     

    Désormais, la lauréate du concours pense que sa turbine pourrait être utilisée dans les pays en développement, notamment pour les centres de désalinisation, pour les centrifugeuses de laboratoire, ou pour les bouées de navigation maritimes. 

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique