• Dans le cadre d'un concours scolaire, la troupe de théâtre du Collège Notre Dame du Balamand présente une libre adaptation d'un poème de Nizar Kabbani, réalisée par Maya Nehmé. La persécution des peuples est le thème principal.

    C'est l'occasion de rappeler la vie et l'oeuvre de ce poète syrien :

    Nizar Kabbani

     

     

    "Dès l’âge de 16 ans, Nizar Kabbani commence à écrire des poèmes, largement consacrés à des thèmes amoureux.

    En 1945, il obtient le diplôme de la faculté de droit de l’Université syrienne à Damas.

    Il entre comme attaché au ministère Syrien des affaires étrangères et, ayant opté pour la carrière diplomatique, occupe divers postes de chargé d'affaires et de conseiller culturel dans les ambassades syriennes au Caire, à Ankara, à Madrid, à Pékin et à Beyrouth jusqu’à sa démission en 1966.

    Après la défaite arabe face à Israël en 1967, il crée à Londres la maison d'édition « Nizar Khabbani » et devient un puissant et éloquent porte-parole de la cause arabe. [ Il publie alors « En marge du journal de la défaite ». Engagé politiquement, il écrit cette auto-critique de l'indétermination du monde arabe et de ses nombreuses erreurs. Quand on lui reprochait la dureté avec laquelle il critiquait les Arabes, il disait « Akhir al da' al kay », le dernier remède, c'est la cautérisation par le feu. L'un de ses derniers poèmes - « Les enfants de la pierre » - fait référence au soulèvement de l'Intifada dans les Territoires occupés.]

    Son écriture s'est souvent emparée des thèmes du désespoir politique, et il a ainsi traité l'oppression des femmes comme une métaphore dans laquelle il voyait le destin maudit des Arabes. Dans son poème « Dessin avec des mots », il écrit : « Quand un homme désire une femme, il souffle dans une corne ; mais, quand une femme désire un homme, elle mange le coton de son oreiller ».

    Installé à Beyrouth au milieu des années soixante, il disait ressentir « une immense tristesse en voyant tout le mal qu'on fait » à cette ville. Dans une interview au quotidien libanais « L'Orient le Jour » en 1977, à l'occasion de la parution de « A Beyrouth la femme, avec mon amour », il indiquait: « Je vis à Beyrouth depuis dix ans. Elle est pour moi la mère, l'amie et l'aimée ».

    Depuis ses débuts en littérature en 1944 avec son premier recueil de poèmes, intitulé : La brune m'a dit, Nizar Kabbani a publié plus de trente recueils de poèmes, dont L'enfance d'un sein (1948), Samba (1949), tu es à moi (1950), le journal d'une femme indifférente (1968), des poèmes sauvages (1970), le livre de l'amour (1970), 100 lettres d'amour (1970), des poèmes hors- la loi(1972), je t'aime, je t'aime et la suite viendra (1978), A Beyrouth, avec mon amour (1978), que chaque année tu sois ma bien aimée (1978), Je jure qu'il n'y a de femmes que toi (1979) et plusieurs d'autres œuvres. Il va créer autour de lui une très grande controverse due au fait qu'il y relatait sans fausse pudeur son amour pour la femme.

    Son œuvre, louée par des générations d'Arabes pour ses vers sensuels et romantiques, ne s'est pas limitée aux recueils de poésie. Il a apporté des contributions régulières au journal de langue arabe Al Hayat, et ses textes ont été mis en musique et chantés par Mohamed Abdelwahab, Najib Serraj ou Abdel Halim Hafez (Qariat el fingan, Rissala min tahtilmaa), ils ont également été chantés par des chanteuses Libanaises, Syriennes ou Égyptiennes comme Feyrouz, Oum Kalsoum et d’autres, ce qui a contribué à populariser son travail. Il est le poète arabe contemporain le plus populaire et le plus lu.

    Il fut surnommé le poète de la femme et de la Oumma suite au tournant que connaîtra sa poésie après les défaites arabes successives face aux Israéliens. Il sera pratiquement le seul poète à ne pas chanter les louanges des dirigeants arabes et à les tenir pour cause de ces défaites.

    Un recueil bilingue de poèmes de Nizar Kabbani, Femmes, a été publié en 1988 aux Éditions Arfuyen dans une traduction de Mohammed Oudaimah et avec une postface de Vénus Khoury-Ghata.

    Des textes de Nizar Kabbani ont également été traduits en espagnol par Pedro Monteret (Institut hispano-arabe, 1964) et en anglais par Abdallah al-Uzari (in Con temporar.y ,4 rab Poetry, Penguin, 1986) et par Selma Khadra Jayyusi (in Modem Arabie Poetry, Columbia University Press, 1987).

    Le poète syrien Youssef Karkoutly a pu dire de Nizar Khabbani qu'il était « aussi nécessaire à nos vies que l'air »."

     

    Sources : https://www.de-plume-en-plume.fr/membre/1308 et https://fr.wikipedia.org/wiki/Nizar_Kabbani

     

     

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • After a long process and a full commitment of grade 8 and 11  Balamand's students, the simulation of Model United Nations ended with the closing ceremony on Monday, March 20th. Awards were announced among which three for Balamand French section students. Nour Chehadé was rewarded for the prestigious and challenging Secretary General position; Jack al Alam and Ephram Nassif received an award for their position paper. As a former participant, Georgio Nicolas played the role of a  school coordinator and was also rewarded for his outstanding action. Congratulations for the prize recipients and for all the participants who have followed numerous intensive training sessions and have been highly committed to achieve the required assignments in English due to a specific timetable. Thanks as well to Mrs Mariam Nassar for her time spent assisting the students and providing her recommandations.

    Three awards for the LAU MUN 2016 in Jbeil.

     

     The LAU MUN program is detailed below.

    "GC LAU MUN is a program that brings the UN culture of global awareness and the implementation of peaceful means for conflict resolution to the Lebanese High Schools, Middle Schools, and community at large. The program consists of training sessions that increase students’ cognition about the United Nations, research and interpretation skills, rules of procedure in a United Nations conference, writing a position paper, public speaking and role playing, conflict resolution and negotiations, caucusing and resolution writing, among others. By the end of these sessions, the students become delegates who take part in United Nations sessions’ simulations. The simulations occur over a two-day Final Conference where students play the role of Ambassadors in United Nations Committees and discuss respective current topics.

    The LAU MUN High School program was first launched in 2005-2006 with 541 students from 76 participating schools. In 2010-2011, Global Classrooms (GC) LAU MUN inaugurated its Middle School program and today, the program has witnessed exponential growth in both the numbers of students and participating schools. In its 11th year, the LAU MUN program hosted more than 3,000 students from 187 participating schools during its training sessions and conference. Check the website: www.gclaumun.org 

     

    For the past 10 years, more than 1,000,000 hours of teaching peace building and diplomacy were offered to a total of 16,000 Middle School and High School students from around 174 schools throughout Lebanon and from selected schools in the Arab world. LAU’s deeply seated belief in the educational value of the MUN program from the pedagogical, cognitive and leadership point of view allowed it to recruit, train and empower more than 1,500 LAU student leaders so that, in their turn, they can spread.The purpose of the program is to bring the UN culture of global awareness and to bridge the education gap through allowing students to step into the shoes of ambassadors in order to negotiate with fellow delegates the current world issues, to resolve conflicts, and to navigate the UN’s rules of procedure.The Global Classrooms program in the Middle East has been officially and exclusively implemented by the Lebanese American University in Lebanon. In 2015, United Nations Foundation entrusted LAU with the ownership of the Global Classrooms International Model UN conferences in New York City beginning spring 2016. Two international conferences in New York City are held, one conference for Middle school students and a separate conference for High school participants. Over the past 16 years, these conferences have engaged more than 4,000 student leaders coming from around the world including Ivy League universities and more than 48,000 High school and Middle school students coming from 250 schools in 20 countries."

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Dans le cadre du mois de la francophonie, des collégiens ont pris part au concours organisé à Amioun par l'auteure Stéphanie Nassif, la municipalité d'Amioun et l'Institut français de Tripoli. Les uns devaient présenter oralement des  thèmes du développement durable et les autres devaient produire un récit sur un thème imposé. Dans la catégorie EB6, Jad Farah a obtenu le premier prix pour sa présentation sur la pollution et Georges Michael el Hayek a eu le prix du mérite pour sa présentation sur les énergies renouvelables. Dans la catégorie EB7, Dimitri Saleh et Jenny Haydar ont reçu respectivement le troisième prix et le prix du mérite. Enfin, Le premier prix de la catégorie EB8 a été attribué à Danielle Saba pour sa production écrite et Sally Zaidan, le prix du mérite.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Pour la deuxième année, les éditions Hatem lancent un concours de bande dessinée en partenariat avec l'Institut français de Beyrouth.

     

    Deux catégories étaient prévues:
    – Catégorie A: création d’un gag d’une seule planche

    pour les élèves des classes de EB4, EB5 et EB6.

    – Catégorie B: création d’une BD de deux planches pour les élèves des classes de EB7 et EB8.

    Les thèmes de ce concours étaient:
    Voyage et aventures, pour la catégorie A.
    Rencontre et différences, pour la catégorie B

     

    Ce concours de création a pour objectif la réalisation d’une œuvre originale présentant une histoire complète, d’expression française, développée à partir d’un scénario cohérent comportant un titre, un début et une fin.

     

    Le Jury, composé de professionnels de la bande dessinée et de représentants des organisateurs, a désigné les 10 meilleures créations dans chaque catégorie selon la qualité et l’originalité du scénario et des dessins parmi lesquels  3 grands prix  : le Prix Humour, le Prix du Scénario, et le Prix du Graphisme.

    La cérémonie s'est tenue au Festival du Livres d'Antélias pendant laquelle une conteuse professionnelle française a narré un conte traditionnel "l'amour des trois oranges". 

     

     

     

     

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • Le moment est solennel et le silence de mise pour écouter des apprenants de langue française d'écoles publiques et privées déclamer des poésies sur le thème de la liberté et de la fraternité. À l'initiative de l'Institut Français de Tripoli, des élèves du cycle primaire et du cycle complémentaire se sont déplacés au centre culturel Safadi le mardi 15 mars 2016 et ont interprété une poésie souvent d'auteurs connus et parfois anonymes défendant des valeurs universelles telles que la liberté, la justice, la fraternité. Cette compétition s'inscrit dans le mois de la francophonie.

    Le Collège Notre Dame du Balamand était représenté par deux candidates, Annie Koussa d'EB5A et Maria Homsi d'EB8C. C'est avec un grand talent qu'elles se sont soumises aux critères d'évaluation (prononciation, gestuelle, expressivité, originalité ) d'un jury expérimenté. Dans chaque catégorie et pour chaque cycle, trois prix ont été remis. Annie Koussa a eu le plaisir de recevoir le troisième prix. Nos deux candidates ont pu compter sur le soutien de leur enseignante de français, de la direction, ainsi que de leurs parents pour préparer et présenter au mieux leur poésie.

    Cliquez sur ce lien Youtube pour visionner la diction du poème de Victor Hugo, l'art et le peuple, par Annie : https://youtu.be/2aE6Cr6AHX4

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique